Valorisation hors territoire

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page


Les déchets valorisés hors du Département

En 2016, 60 150 tonnes de déchets ont été prétraités et conditionnés avant d’être envoyés vers des filières de valorisation hors du département, soit 16,4% du total des déchets traités sur le territoire. Cette quantité est relativement stable (+1% par rapport à 2015).

Les déchets exportés hors du Département

Destination des déchets exportés

En 2016, 84% des déchets exportés pour traitement depuis la Guadeloupe sont destinés à l’Europe. La France hexagonale reste l’exutoire privilégié de nos exportations avec 43% des tonnages exportés, suivie du Portugal (31%) et de la Belgique (19%).

 


Synthèse de la valorisation hors territoire

La Guadeloupe n’importe quasiment pas de déchets à valoriser ou à stocker. En 2016, 96% des déchets exportés vers la Guadeloupe proviennent de Saint-Barthélémy (8 222 tonnes). Ce sont des mâchefers et des débris de verre.

La réhabilitation des décharges

La réhabilitation des anciennes décharges consiste, par l'usage de différentes techniques, à limiter leur impact environnemental. Il s'agit en effet :

  1. d’isoler le massif de déchets du milieu naturel (éviter l’infiltration d’eaux pluviales);image16
  2. d’éviter la fréquentation du public sur le site (clôture) ; Ž
  3. de limiter les pollutions visuelles ;
  4. de limiter les problèmes d’instabilité du massif de déchets ;
  5. de limiter le risque d’incendie ;
  6. de récupérer et traiter les lixiviats («jus» des décharges) et biogaz (méthane essentiellement).
     

La mise en décharge des déchets a longtemps été le seul mode de traitement utilisé. On recense en Guadeloupe 21 anciennes décharges de déchets ménagers et déchets d’entreprises.

Le 1er janvier 2011, toutes les décharges non autorisées de la Guadeloupe fermaient leurs portes. Parmi les 21 décharges, 5 décharges sont des sites anciens, («des décharges historiques») potentiellement pollués, qui devront faire l’objet d’études adaptées en cas de nouvel usage de ces sites, 10 décharges ont été réhabilitées ou font l’objet d’une réhabilitation, et 6 décharges devront être réhabilitées.
 

La décharge de la Désirade, dernière décharge brute de la Guadeloupe, a définitivement arrêté son activité en 2016 suite à la livraison effective du quai de transfert et de la déchèterie.