Devenir des déchets

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page


Que deviennent nos déchets une fois collectés ?

Une fois collectés, les déchets peuvent être de véritables ressources pour le territoire. En 2016, les déchets collectés ne finissent pas tous dans les centres de stockage de l’Archipel. Prêt de 33% du gisement de déchets ont alimenté l’économie locale, soit une évolution de +5,6 % des tonnages valorisés entre 2015 et 2016.
 

Le réemploi et prévention

devenir

image12En Guadeloupe, le réemploi d’objets se développe. La revente des objets est facilitée par l’organisation régulière de vides-greniers par certaines communes. Des dépôts-ventes permettent également de revendre des objets dont on souhaite se débarrasser. Palette transformée en table basse, KARUPAL

En revanche, les ressourceries et les recycleries sont à ce jour moins connues de la population. En effet, seuls 39% de la population savent ce qu’est une ressourcerie-recyclerie.

Les ressourceries ou recycleries sont des établissements ayant pour objectif principal de favoriser le réemploi ou la réutilisation de certains matériaux considérés comme des déchets. Ces structures travaillant notamment sur ces objets encombrants des ménages dans le but non seulement de les valoriser au maximum par réemploi et de sensibiliser leurs producteurs à la réduction à la source.

En Guadeloupe il existe plusieurs ressourceries-recycleries comme Kazabrok, mis en place en 2009 sur le territoire de la ville des Abymes ou la recyclerie-ressourcerie Bokant’ Kanawa de Marie-Galante gérée par l’APAEI depuis début 2016.

De plus, le réseau de petites annonces via des sites internet clairement identifiés connaaît un véritable succès. Il en va de même de l'initiative "Gratiferia" qui consiste à consommer autrement "en conscience sans argent ni échange, juste le plaisir de donner."

Une réduction de la quantité de déchets enclenchée : le compostage domestique

Qu’est-ce que le compostage ?

Le compostage est un procédé de fermentation aérobie (présence d'oxygène) de matières fermentescibles dans des conditions contrôlées.

Il permet l'obtention d'une matière fertilisante stabilisée riche en composés humiques, le compost, susceptible d'être utilisé, s'il est de qualité suffisante, en tant qu'amendement organique améliorant la structure et la fertilité des sols.

Lorsqu’il est réalisé par les ménages, il est appelé « compostage domestique ». Il est effectué par simple dépôt au sol ou par l’utilisation d’un composteur.

Ce procédé est bien connu de la population. En effet 76% des Guadeloupéens interrogés définissent correctement ce procédé. Néanmoins la part de la population qui ne pratique pas le compostage reste très importante : 61%.

Depuis juillet 2011, a été mise en œuvre l’opération pilote de compostage domestique en Guadeloupe, réalisée par le département en partenariat avec 14 collectivités.

En 2016, les collectivités engagées dans la prévention en favorisant le développement du compostage individuel ont permis de détourner de la poubelle 1 169 tonnes de déchets fermentescibles. En outre, des projets de compostage domestique ont été lancés par les communautés d'agglomération du Nord Grande Terre, de Cap Excellence et de Grand Sud Caraïbe. 10 100 composteurs devraient ainsi être déployés d'ici à 5 ans et permettraient d'éviter la production de 4 848 tonnes. (hypothèse : 40 kg de bioéchets évités par foyer et par mois, source : Conseil Départemental)