Déchets inertes

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page


Les déchets inertes

broyage-de-dchets-inertesDéfinition : les déchets inertes sont des déchets qui ne subissent aucune modification physique, chimique ou biologique importante. Les déchets inertes ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune autre réaction physique ou chimique. Ils ne sont pas biodégradables et ne détériorent pas d'autres matières avec lesquelles ils entrent en contact, d'une manière susceptible d'entraîner une pollution de l'environnement ou de nuire à la santé humaine. (Source : Directive 1999/31/CE du conseil du 26 avril 1999 – JOCE du 16 juillet 1999) Exemples de déchets inertes: pierre, béton, ciment, parpaing, terre cuite, terre, cailloux, faïence, porcelaine, mélanges de ces différents déchets (appelés aussi gravats).

Exemples de déchets inertes : pierre, béton, ciment, parpaing, terre cuite, terre, cailloux, faïence, porcelaine, mélanges de ces différents déchets (appelés aussi gravats).

 

Fonctionnement de la filière : très récente en Guadeloupe, la filière de valorisation et de stockage de déchets inertes permet aujourd’hui de recycler les déchets de bâtiments déconstruits ou encore des déchets des travaux publics. À titre d’exemple, le béton concassé peut être valorisé sous forme de granulats, ou encore les enrobés recyclés en enrobés. Par ailleurs, une grande partie des déchets inertes est simplement réutilisée directement sur site ou sur une autre opération. Ces déchets peuvent alors être traités (concassage, criblage, …) en vue d’une réutilisation dans les travaux routiers (assise de chaussée, terrassements, remblais, couche de forme…).

Cette filière connaît un développement dynamique avec aujourd’hui 4 acteurs recyclant et/ou stockant des déchets inertes.

 

cartes-dechets-inertes
Carte 17 : Centres de traitement des déchets inertes en 2016

 

Performance de la filière

Les marges de progression s’agissant de cette filière sont très importantes, puisqu'à peine 9 % du gisement théorique est aujourd’hui recyclé. Par ailleurs, la directive cadre adoptée en 2008 fixe des objectifs ambitieux puisque 70 % en poids de ces déchets doivent être valorisés à l’horizon 2020.

L’incorporation de ces déchets dans des matériaux plus nobles (béton par exemple) est une voie d’avenir prometteuse.

 

« 1 de 2 »